Merci Julien Savigny !

21/05/2020

Après cinq saisons à QRM, Julien Savigny a décidé de donner une nouvelle direction à sa vie professionnelle. Le préparateur physique quitte ainsi le club avec des souvenirs et des images plein la tête, dont une mémorable accession en Ligue 2 !



Appelé par Manu Da Costa lors de la création du projet en 2015, c’est tout naturellement que Julien Savigny accepte la mission.

Une belle plus-value pour le club Rouge et Jaune puisque le jeune préparateur physique arrive avec déjà sept années d’expérience : six comme préparateur physique du FC Rouen (avec un certain Manu Da Costa) et une à Clairefontaine où il a pris en charge la réathlétisation de prestigieux joueurs comme Mamadou Sakho ou Abou Diaby pour ne citer qu’eux…

Au vu de la morphologie de la personne, tout le monde savait que le préparateur physique de QRM c’était lui.

Tous ceux qui ont fréquenté "Ju" pourront affirmer que « derrière ces gros bras » sculptés dans la salle de musculation de Diochon se cache une personne au cœur tendre. Un bon mec comme il est coutume d’entendre. Une personne très disponible, toujours prête à rendre service, avenante. Bref, une personne dévouée pour son club et l’épanouissement des joueurs.

Après ce dévouement total de cinq saisons, Julien, qui est devenu papa en décembre 2018, souhaite donner un nouvel élan à sa vie professionnelle. Passionné par l’enseignement, Julien Savigny devrait désormais allier les terrains et les amphithéâtres.



Nous avons appris la nouvelle… Tu as décidé de quitter le club pour t’inscrire dans un nouveau projet. Pourquoi avoir pris cette décision ? 

C’est un choix personne. Je sentais que c’était maintenant ou jamais. J’ai profité de cette fin de contrat pour saisir cette opportunité. Cette nouvelle orientation était dans un coin de ma tête mais il m’était impensable de ne pas honorer la fin de mon contrat. 

Peux-tu nous dire où nous te retrouverons prochainement ?

J’ai plusieurs hypothèses en tête. Une chose est sûre, j’allierai le milieu du sport avec celui de l’éducation. J’ai vraiment envie de transmettre, de former, de travailler avec des jeunes. Je ne suis pas encore arrêté sur un métier précis.

C’est donc une envie de transmettre qui t’anime au moment de tourner cette page avec QRM ?

Oui, j’ai envie de transmettre mon savoir. L’éducation m’a toujours plus. Pouvoir partager et transmettre ses connaissances aux plus jeunes, je trouve que c’est très enrichissant. Le sport est une très belle école de la vie. Allier sport et éducation sont deux choses qui m’importent aujourd’hui, cela contribuera à mon épanouissement professionnel.

Qu’est-ce qui va manquer au grand compétiteur que tu es ?  

L’adrénaline de la compétition. Que ce soit de la Coupe ou championnat. Mais cette adrénaline est présente en permanence. Dès qu’un nouvel exercice commence, elle apparait très vite notamment lors de la prépa où les joueurs doivent être prêts pour la première journée de championnat. Ce sont des challenges au quotidien. Entre la pression d’avoir des joueurs au maximum de leur forme, la pression des risques de blessures. Ce sont de grosses responsabilités.  

Et à l’inverse, ce qui va le moins manquer ?

Les défaites (rires…) Les lendemains de défaite, tu as la tête dans le guidon. Tu passes des week-ends compliqués à réfléchir sur le pourquoi du comment. C’est un métier de passionné, on est obligé de le vivre à fond.

Qu’est ce qui est le plus motivant pour un préparateur physique ?

Sans hésiter, la préparation estivale. Entre les tests terrains et cliniques, le préparateur physique occupe une grande place durant cette période. C’est aussi durant ce moment que le plus gros travail de la saison se réalise.

Quel joueur t’a le plus marqué ?

C’est une question difficile… Je dirais Alioune Ba pour son côté physique. Il n’a jamais été blessé, il avait une prestance dans les duels. Il répondait présent dans l’impact. De par ses qualités physiques, c’était difficile de le passer. J’ajouterais également Gaëtan Laura de par ses qualités athlétiques qui sont au-dessus de la moyenne. Il est vraiment très puissant et va vite, très vite.

La montée de CFA en National ? La montée en Domino’s Ligue 2 ? Quel est ton meilleur souvenir ?

(Sans hésiter…) La montée en Ligue 2 ! Ce fut un moment exceptionnel entre le match en lui-même, le stade quasi-plein, le clapping avec le public, la sortie au So avec nos dirigeants et nos familles… J’en garderai un souvenir exceptionnel. Mais j’ajouterais l’année en elle-même, nous avions passé une excellente saison. 

Comment expliques-tu le faible pourcentage de blessures durant ces cinq années ?

Déjà, nous avions des joueurs qui résistaient à la charge. Avec les staff technique et médical, on essayait également d’adapter au maximum les charges d’entraînement. La préparation physique n’est pas une science exacte. Je me suis toujours adapté au groupe que j’avais. L’adaptation, les échanges, le ressenti des joueurs, permettent une bonne gestion.

Trouves-tu que le métier de préparateur physique a évolué ?

Oui notamment au niveau de la technologie. Elle a fait évoluer le métier de préparateur physique. Que ce soit d’un point de vue médical ou sportif. A QRM, nous utilisions des GPS et la vidéo. Je travaillais le week-end sur les données des matches afin d’adapter les séances de la semaine suivante.

As-tu un message à adresser avant de tourner la page avec ces cinq belles années ?

J’ai passé cinq bonnes années, je ne remercierai jamais assez le football de m’avoir permis de vivre tous ces moments. J’ai vécu de très bons moments, je sais que ces moments passés, je ne les revivrai plus. Une nouvelle aventure s’ouvre. Bien sûr, il y a de l’émotion mais pas de regret. Un grand merci à Manu Da Costa de m’avoir permis de le rejoindre à la création du projet, un grand merci également à mes dirigeants pour la confiance apportée durant ces années passées ensemble. Bonne continuation à tous ! 

 

Merci Julien, bonne continuation à toi également !




autres news