La semaine en Bleue d’Airine Fontaine

27/02/2020

De retour d’un tournoi de développement UEFA avec l’équipe de France U16 Féminine, Airine Fontaine a vécu une expérience inoubliable à Vila Real de Santo Antonio, dans le sud du Portugal. Elle nous raconte sa semaine passée en Bleue.


Crédit photo : Olho Digital


Après avoir pris part à deux rassemblements à Clairefontaine, Airine Fontaine a connu sa première sélection en Equipe de France la semaine dernière au Portugal.

Elles n’étaient que vingt à participer à ce tournoi de développement UEFA. La joueuse Rouge et Jaune était d’ailleurs la seule normande à figurer dans la « short list » de Peggy Provost, la sélectionneure.

Avec un bilan d’une victoire (5-1 face au Portugal), et de deux défaites (face à l’Allemagne aux tirs au but, et 1-2 face au Pays-Bas), Airine Fontaine a pu se confronter à de grandes nations du football féminin. Une expérience enrichissante et formatrice pour la jeune joueuse passionnée et travailleuse.


Pour commencer, comment as-tu appris ta sélection pour ce tournoi UEFA ?

J’étais en cours, au Pôle Espoirs de Liévin. A une pause, j’ai vu sur mon téléphone que j’avais des messages d’amies. Elles m’envoyaient la liste des joueuses sélectionnées pour le tournoi. C’était la semaine qui précédait notre départ pour le Portugal.

Lors du dernier rassemblement, je savais qu’il y aurait ce stage au Portugal. J’avais vraiment envie d’être prise mais il y avait pas mal de concurrence au milieu de terrain. J’attendais avec impatience que la liste soit dévoilée.

Raconte-nous un peu ta semaine passée en Bleue ?

Nous sommes arrivés le mercredi au Portugal. A peine nous avions fini de déballer nos affaires que nous sommes allés s’entraîner. Le lendemain, nous avons eu deux séances. Et le match face à l’Allemagne (vendredi) est très vite arrivé. Séance vidéo, balade et direction le stade pour ce premier match.

Premier match et première titularisation… ?

Oui j’ai disputé l’intégralité de la rencontre. J’ai fait de bonnes choses mais également des moins bonnes. J’ai trouvé les allemandes particulièrement fortes, mais je pense que nous aurions pu les battre dans le temps réglementaire. La sélectionneure nous a d’ailleurs félicité car les allemandes jouent ensemble depuis un an, elles ont déjà certains automatismes.

Quel a été le rythme des journées entre les matches ?

Une journée type c’était deux entraînements : le premier à 10h15, le suivant à 17h30. Entre temps, on déjeunait, faisait la sieste et participait à des séances d’analyse vidéo. On avait également des moments pour faire nos devoirs. J’ai bien aimé la balade en vélo l’avant-dernier jour, c’était très sympa.

Après l’Allemagne, vous avez affronté le Portugal et les Pays-Bas. Remplaçante puis titulaire…

Face au Portugal, nous avons gagné 5 à 1. Je suis entrée dans les vingt dernières minutes de la rencontre, j’ai délivré une passe décisive. Puis le dernier match, face au Pays-Bas, j’ai joué 75 minutes.  

Quel mot utiliserais-tu pour qualifier cette semaine passée en Bleue ?

L’exigence. Face à une adversité de très grande qualité, j’ai vite perçu certaines de mes erreurs. Je dois continuer à travailler, travailler, travailler et ne rien lâcher.

C’était impensable de conclure cet entretien sans te poser cette question : comment as-tu vécu ton premier hymne national ?  

Pour le premier match, j’étais relativement stressée. Pendant que je chantais l’hymne, pleins de questions me venaient en tête. Mais il y avait aussi une petite fierté de pouvoir chanter « La Marseillaise » et de porter ce maillot de l’Equipe de France.

Félicitations Airine, en espérant que cette sélection soit la première d’une longue série ! 




Crédit photos : Olho Digital
autres news