Hélène Grives, gardienne à l’instinct héroïque !

05/11/2019

Gardienne héroïque dimanche dernier lors de la séance de tirs au but face à l’AG Caen en Coupe de France (3-2), Hélène Grives, arrivée à QRM l’été dernier, se confie.


Crédit photos : Roger Touflou


C’est avec un grand plaisir que Hélène Grives a accepté de répondre à notre sollicitation. Pas parce qu’elle aime être mise en avant, loin de là, d’ailleurs, elle a prévenu : « Je ne veux pas qu’on ait l’impression que j’ai la grosse tête ». Si elle a accepté la requête, c'est essentiellement parce que la gardienne d’1m75 aime bien parler, échanger, notamment de sa passion pour le football…

Pendant plus d’une vingtaine de minutes d’entretien téléphonique (la jeune fille âgée de 22 ans est actuellement en stage professionnel au Paris FC avec Mickaël Boully, entraîneur des gardiens de l’équipe première dans le cadre de son Master I STAPS « analyse vidéo »), Hélène, tête bien faite et bien pleine, fera preuve d'un sens collectif et d'une certaine discrétion.

Arrivée en début de saison. Elle s’est faite un nom depuis dimanche. Désormais tout le monde la connaît et nombreux sont ceux à l’avoir félicitée à sa sortie du terrain. Sans oublier ses coéquipières qui ont couru dans ses bras après le dernier tir au but arrêté. « Originaire de la région parisienne, j’ai commencé le football il y a seulement trois ans au CO Vincennes (Régional 3). Comme je ne voulais pas arrêter le football même si je changeais de ville pour mes études, j’ai cherché un club sympathique à Rouen. J’ai fait un test à QRM qui s’est avéré concluant. Le contact avec les joueuses et le staff était également sympa, j’ai donc pris ma licence ici, où les installations sont également très bien. »

Elle qui, bien aidée par sa défense, n’avait plutôt rien eu à faire durant le temps réglementaire a dû garder sa concentration au maximum pour aider son équipe à se qualifier pour le 5e tour de Coupe de France. «Chloé (Janela avec qui elle partage une concurrence saine pour le poste de gardienne) est venue me donner quelques conseils avant la séance de tirs au but. J’ai eu de la chance que la première tireuse rate, ça n’a pas mis ses coéquipières en confiance. Après, j’en sors deux. Il y a évidemment le facteur chance mais j’ai essayé de titiller mes adversaires avant qu’elles ne tirent et j’ai également regardé leur positionnement. »

Cette belle prestation durant la séance de tirs au but vient renforcer les nombreux clean-sheets qu’enchaîne la gardienne Rouge et Jaune. Son entraîneur répète avant chaque match « qu’il préfère gagner 1 à 0 plutôt que 4 à 3 et que la victoire passera par une bonne défense » comme nous confie Hélène avant d’ajouter « devant moi, je vois des guerrières qui donnent tout pour l’équipe. Je n’ai pas le droit de mettre à l’eau tout leur excellent travail. Pour l’instant, ça fonctionne très bien et ça vient récompenser le bon travail réalisé avec Gaëlle Bisson, l’entraîneuse des gardiennes à l’association. »

A la veille du tirage du cinquième tour de Coupe de France, marqué par l’entrée en lice des équipes de D2, nous savons désormais que les Seniors Féminines peuvent aller aux tirs au but en toute sérénité avec Hélène…


ENTRETIEN

Même si on te connaît davantage depuis dimanche dernier, peux-tu te présenter ?

« J’ai 22 ans et je suis en Master I de STAPS « analyse vidéo ». C’est la troisième année que je pratique le football. Avant, j’ai fait du handball pendant 12 ans dont quelques années en sport études. Gardienne ?  Non pas du tout ! J’évoluais à l’aile.

 Comment es-tu venue au football ?

Le football a toujours été mon premier amour. J’y jouais dans la cour d’école toute petite… et j’étais déjà dans les cages. Je souhaitais m’inscrire dans un club mais il n’y avait pas de structure avec une section féminine. Je pense que j’aurais eu un regret si je n’étais pas venue au football il y a trois ans en m’inscrivant au CO Vincennes qui évolue en Régional 3.

Depuis quelques temps tu enchaînes les clean-sheets…  

Oui, c’est bien sûr une satisfaction personnelle mais surtout collective. C’est rassurant pour l’équipe ! Nous reproduisons en match ce que nous faisons à l’entraînement. On communique beaucoup et on veut toujours avoir le dernier mot. Avant chaque match on se répète de ne pas encaisser de but. C’est l’objectif de toutes, mêmes de nos attaquantes qui effectuent un repli défensif remarquable ! Nous connaissons notre potentiel offensif. Si on assure en défense, les filles, qui sont plutôt adroites devant le but, n’ont plus qu’à finir le travail.

Face à une belle équipe de l’AG Caen, ça s’est effectivement démontré. Bien aidée par la défense ce dimanche, tu n’as « pas eu grand-chose à faire » durant le temps réglementaire…

En effet depuis quelques matches je n’ai pas trop d’arrêts à effectuer. Ce sont plus des interventions sur coups de pied arrêtés ou corners. Il ne faut pas que je me loupe, je travaille ces points avec Gaëlle Bisson, l’entraîneuse des gardiennes de la section féminine. Le peu que j’ai à faire, il faut que je réponde présente et le réalise parfaitement.

Et cette fameuse séance de tirs au but… Le premier ça part sur la barre puis tu en arrêtes deux sur les quatre autres tentatives. Donne-nous la recette ?

J’en arrête deux effectivement. Un où je pars du bon côté mais il est bien tiré et un autre où je suis prise à contre-pied. Déjà, on le travaille à l’entraînement. On se fait des petites sessions entre filles. Il y a également eu les conseils de Chloé avant la séance dimanche dernier. Une séance de tirs au but ça reste de la chance. Je les ai arrêtés tant mieux ! J’ai essayé de regarder le positionnement de chaque joueuse même si certaines masquent bien et d’occuper de la place dans le but. J’ai eu la chance que la première rate… Je me dis que sur une séance de tirs au but la pression est surtout sur la tireuse, j’ai moins de stress. J’essaie ainsi de prendre l’ascendant psychologique, d’accentuer le stress de la joueuse en la titillant gentiment.

Pour le tirage du 5e tour qui sera effectué demain, as-tu une envie particulière ?

Comme a pu le dire notre coach, nous avons conscience que nous ne remporterons pas la compétition. Nous avons déjà rempli notre objectif, maintenant nous n’avons plus aucune pression. On aimerait cependant pouvoir montrer tout notre potentiel sur cette compétition. On aimerait bien un tirage plutôt favorable pour poursuivre l’aventure… mais on sait que rien ne sera facile. A nous de mettre tous les ingrédients sur le terrain pour le rendre facile !"




autres news