Des nouvelles de... Gary Marigard

07/05/2019

Victime d’une rupture des ligaments croisés lors du derby "aller" face au FC Rouen en National 3 (le 24 novembre dernier), Gary Marigard entrevoit le bout du tunnel. L’international guyanais (14 sélections) revient de trois semaines de stage intensif au Centre Européen de Rééducation du Sportif à Capbreton. Entretien avec le latéral droit présent au club depuis 2015.



Récemment revenu sur les terrains, comment ça va Gary ?

J’ai recommencé à courir début mars sur le terrain de la Ferme. Je suis ensuite parti trois semaines au CERS de Cap-Breton pour parfaire ma rééducation. Les journées étaient chargées entre la musculation et les soins. Même si c’est pour la bonne cause, ce fut long.

Une rupture des ligaments croisés c’est toujours impressionnant. Est-ce la pire blessure de ta carrière ?

La pire ! La première et la plus grosse. Auparavant, je n’avais connu que de petites entorses ou déchirures.

Les blessures font malheureusement partie de la carrière d’un footballeur. Comment vis-tu cette période ?

Très difficilement ! Mais, j’ai pu compter sur le soutien de ma famille et de mes proches. Ils m’ont remonté le moral pour aller de l’avant. Un mal pour un bien afin de revenir plus fort !

Lorsque la blessure est survenue, as-tu immédiatement su qu’elle était grave ?

Je m’en souviens bien. Je rentrais de sélection avec la Guyane, je disputais le match face au FC Rouen et lors d’un duel, mon genou a lâché. Je n’ai pas eu véritablement mal, je pensais que c’était une entorse qui allait me tenir à l’écart des terrains pendant un mois maximum. Je n’étais pas vraiment inquiet, je me souviens même avoir passé une bonne nuit. Mais lorsque l’IRM a révélé qu’il s’agissait d’une rupture des ligaments croisés, cela m’a fait un choc derrière la tête. Ca a été très dur mentalement.

Est-ce que tu pensais ce délai ?

Oui, je sais qu’il faut six mois pour revenir en forme. Actuellement, je suis en avance. Je serai prêt à 100% pour la reprise en juin prochain.

Comment as-tu vécu cette saison ?

Le premier mois après l’opération, je n’arrivais pas trop à marcher. L’ambulance venait me chercher pour aller faire mes soins à la cryothérapie. Lorsque j’ai pu marcher de nouveau correctement, je faisais mes soins au club. Ça me faisait mal de voir les gars aller s’entraîner mais au moins je restais concerné. En plus, les mecs m’ont vraiment soutenu. Ça m’a fait plaisir de pouvoir discuter avec eux et de voir qu’ils s’intéressaient à moi.

Quelle est la chose la plus difficile que tu as eu à gérer durant ta convalescence ?

Voir certaines personnes ne plus prendre de nouvelles comme avant…

Tu n’es pas encore rétabli, penses-tu que tu auras des appréhensions lorsque tu auras un nouveau duel à affronter ?

Certes je ne suis pas prêt à 100% aujourd’hui mais lorsque je serai prêt il n’y aura aucune appréhension.

autres news