QRM retombe dans ses travers à Orléans

13/04/2018

A Orléans, stade de La Source, US Orléans - Quevilly Rouen 2-1 (1-0).

Arbitre: M. Dos Santos.

4355 spectateurs.

But. Orléans : Cissokho (30’), Benkaid (83’). QRM : Mamilonne (55’).

Avertissements. Orléans : Bouby (39’), Cissokho (66’); QRM : Basque (33’), Taufflieb (88’).

Orléans : Gallon, Mutombo, Pinaud, Cambon, Monfray, Bouby, Demoncy (Ngoma 65’), D'Arpino (Poha 65’), Ziani (cap), Gomis, Cissokho (Benkaid 82’). Entraîneur : Didier Ollé-Nicolle.

QRM : Hartock, Nguinda (Caddy 90’+1), Lefort, Basque, Albert, Tie-Bi (Louis 84’), Oliveira (cap),Clauss (Taufflieb 82’),Rogie, Gakpa, Mamilonne. Entraîneur: Manu Da Costa.


Comme une impression de déjà vu. En perdant une rencontre qu’elle semblait en mesure de remporter, QRM est revenu quelques semaines en arrière, lorsqu’elle offrait à son adversaire des buts cadeaux.

Au stade de la Source, à Orléans, les joueurs de Manu Da Costa se sont tiré une balle dans le pied, et même deux.

Ils ont laissé échapper un point, peut-être même un peu plus. Et à ce moment de la saison, c’est très préjudiciable.

C’est d’autant plus dommageable qu’à partir de l’égalisation signée Yannick Mamilonne, de la tête, sur un centre de Jordan Lefort (55’), les Normands, tout proche du K-O juste avant sur cet incroyable loupé de l'Orléanais Cissokho, ont donné l’impression de pouvoir inscrire un 2e but.

Malheureusement, une nouvelle erreur ruina tous les efforts, ce qui provoqua l’ire de leur entraîneur : « On est une bonne équipe de la Française des Jeux (sic). On fait deux monstruosités sur nos deux buts encaissés, on est retombé dans nos travers du début de saison. Je ne vous cache pas que les murs ont tremblé. Le premier but est inconcevable, on doit dégager le ballon, on ne doit pas laisser une miette à l’adversaire; le 2e but, lui, est scandaleux, en plus, on l’encaisse à un moment où l’on était bien… Il fallait rester lucide, ne pas négliger l’aspect défensif, on a peut-être été moins vigilant. »

Ce match plaisant, ouvert, QRM a longtemps donné l’impression de le maîtriser, même si, après dix bonnes minutes, la machine s’est quelque peu grippée : « On a manqué d’intensité dans nos courses et de changements de rythme. C’était trop stéréotypé. On a rectifié le tir en deuxième période. On aurait dû repartir au minimum avec un match nul. Cela aurait été un bon résultat. Dans notre situation actuelle, on n’a vraiment pas le droit de faire des cadeaux comme ça; c’est ça qui me dérange, qui me met en colère, parce que j’ai aimé mon équipe ce soir, et le jeu qu’elle a produit. Maintenant, il faut se relever. Une semaine à trois matches se profile. »

Trois matches face au Paris FC (vendredi 20 avril à 20h à Diochon), à Tours (mardi 24 avril à 20h au stade de la Vallée du Cher) et contre Valenciennes (vendredi 27 avril à 20h à Diochon). Trois rendez-vous déterminants dans la course au maintien.


  • Réaction de Didier Ollé-Nicolle, entraîneur d’Orléans : « On peut considérer, oui, qu’on sera en Ligue 2 la saison prochaine. C’est une très grosse satisfaction. Les joueurs qui sont rentrés ont apporté ce que j’attendais d’eux. Jusqu’à leur égalisation, notre gardien n’avait pas eu un arrêt à effectuer. J’ai bien aimé notre première mi-temps, même si on a eu du mal pendant les dix premières minutes.Sportivement et économiquement, l’an passé, tout le monde nous voyait mort. Cette saison, on est reparti avec un des plus petits budgets de L2, avec Quevilly-Rouen, et pour la première fois depuis très longtemps, Orléans va passer une troisième saison d’affilée en Ligue 2. C’est exceptionnel. »











Photos BM/QRM

autres news